Contexte des années 2000 et reconnaissance de la couleur par la F.I.Fe

Les premières demandes de reconnaissance

Suite à l’hypothèse du cinnamon, une exposition fut organisée par la F.I.Fe le 8 février 1998. Elle réunissait des Skogkatt de couleur classique et des X-Color, mais également d’autres chats chocolat et lilac ainsi que des Abyssins et Somalis cinnamon et fawn. La comparaison des couleurs mit en doute l’hypothèse de l’allèle chocolat mais était en faveur du cinnamon.

La même année, des analyses microscopiques de poils X-Color furent réalisées sur tous les Norvégiens X-Color. Ces poils furent confrontés à ceux de British Shorthair chocolat et lilac, d’Abyssin cinnamon et fawn et de Norvégiens black tabby. Les résultats confirmèrent les conclusions établies lors de l’exposition.

Si les chatons nés après cette date ont été enregistrés cinnamon ou fawn, le statut des premiers X-Color n’a pas été systématiquement réévalué. En effet cinnamon et fawn étaient aussi interdits et fermaient la porte aux expositions. Par ailleurs à quoi bon rechanger les qualifications de ces chats alors qu’on n’en avait aucune certitude ? Tout ceci conduisit à une dénomination « publicitaire » : le Norvégien X-Color.  

Le 16 mai 1998 à Börlange en Suède, les éleveurs tentèrent d’obtenir la reconnaissance de la couleur lors d’une exposition S.V.E.R.A.K (F.I.Fe) : 18 X-Color étaient présents, dont le bien connu Wildwood’s Imer. La conclusion fut unanime, type et qualité de fourrure étaient aussi bons que chez les Norvégiens de couleur classique.  La demande fut toutefois couronnée d’échec … à une voix près, car le nombre de chats présentés était insuffisant et une juge invitée était absente. En conséquence les chats suédois X-Color furent enregistrés golden tabby, couleur autorisée par le standard, ouvrant la porte aux expositions et au pedigree F.I.Fe. Compte tenu les incertitudes, l’ambre pouvait entrer dans la catégorie golden (différent du shaded) et cette décision n'était pas injustifiée. Ceci n’a bien évidemment pas été sans conséquence sur l’étude généalogique.

Ce n’est que cinq années plus tard, au 21 mai 2003 que le comité F.I.Fe s’est à nouveau réuni ; suite à ce scrutin, seuls trois votants étaient en faveur de la reconnaissance de la couleur. Les 26 autres n’y étaient pas opposés mais exigeaient que d’autres recherches soient effectuées au préalable, en complément du mariage test entre Ludmilla (enregistrée "cinnamon") et un Somali fawn ticked qui avait déjà démontré que le X-Color n’était aucunement une mutation de la série B et qu’il était génétiquement noir.

Contexte des années 2000

Même si le principe des mariages-tests et leurs résultats n'ont pas enthousiasmé, ni convaincu les foules, ces derniers ont permis logiquement de faire reconnaître la couleur. Pour comprendre la décision finale de la F.I.Fe, il ne faut pas s'attacher seulement à ces mariages-tests qui ont le mérite d'exister mais qui ne permettent pas une vision globale. En effet, au cours des années 90, la naissance de chatons ambre a démontré que l'ambre ne ressemblait à aucune couleur décrite dans les autres races ET existait systématiquement en deux phénotypes pour chaque gène de couleur autorisé dans le standard du Norvégien : ambre dilué ou non, silver ou non, avec blanc ou non etc ... ce qui est en faveur de séries bi-alléliques pour chaque gène et écarte donc l'hypothèse que l'ambre soit un autre allèle (nouveau ou non) sur ces gènes.

Empyriquement, les allèles Blanc Dominant et Orange étaient supposés épistatiques sur l'ambre, leurs interactions étaient donc difficilement analysables. Ceci-dit, dès 1993, la naissance de Tailor Hill's Dione a démontré l'existence de la robe ambre écaille, montrant des interactions entre l'ambre et l'orange similaires à celles entre l'ambre et le noir.

Comme l'ambre ne concernait pas un de ces allèles déjà présents dans la race, il était logique d'aller étudier les interactions de l'ambre avec les allèles de couleur interdits dans le standard du Norvégien (d'autant plus qu'une grande majorité des éleveurs pensaient à un apport de sang extérieur), d'où le principe des mariages-tests. La caractérisation génétique des gènes Brown et Colour n'est que très récente c'est pourquoi le choix s'est tourné vers des mariages-tests et pas un dépistage moléculaire. Les résultats ont prouvé que l'origine de la couleur était génétiquement autre.

La description officielle de la robe ambre non-agouti, confirmée par les résultats de plusieurs mariages-tests a été un élément majeur en faveur de la reconnaissance de la couleur. En effet, l'existence d'ambre au museau noir et d'ambre au museau rose définissait une série bi-allélique, éliminant la possibilité d'une nouvelle mutation au locus Agouti, hypothèse en vogue suite aux observations microscopiques.

Il ne restait plus qu'à étudier le Widebanding, et cette étape fit suite à la reconnaissance. Les comparaisons phénotypiques permettent facilement d'écarter l'hypothèse du golden shaded mais pas celle d'une nouvelle mutation sur le même gène. Cette hypothèse fut étudiée par un mariage-test à la chatterie van Moraja mais la naissance d'un chaton unique ne permit aucune conclusion et le mariage ne fut pas reconduit. En 2004, l'ambre était donc phénotypiquement et génotypiquement bien différencié des autres couleurs décrites chez le chat. C'est pourquoi je pense personnellement que la décision de reconnaître la couleur en F.I.Fe était justifiée et permettait en outre de mettre fin à l'hypocrisie ambiante qui voyait la consécration de certains Norvégiens dont tout le monde savait qu'ils étaient porteurs du X-Color (multiples exemples), alors que les X-Color de qualité égale ne pouvaient concourir.

Reconnaissance de la couleur par la F.I.Fe

Contexte historique

Après les éclaircissements apportés par les mariages-tests, les éleveurs allemands rédigèrent un texte de reconnaissance proposant de reconnaître le « noir modificateur » et ses dérivés, parmi toutes les couleurs déjà reconnues chez le Chat des Forêts Norvégiennes, excepté le roux et le blanc épistatiques. Cette demande a fait suite au nombre croissant d’éleveurs travaillant avec ces couleurs et à l’échec de la première tentative à Börlange.

Intérêts de la reconnaissance

Elle facilitait le travail de tous les éleveurs. Enregistrée correctement dans les pedigrees, les éleveurs pouvaient aisément identifier les lignées, pour les utiliser ou bien les éviter. Connaissant le parcours du combattant que représente l’identification de certaines couleurs chez le Norvégien, Madsen proposait de procéder prudemment par échelon et de ne reconnaître d’abord que l’ambre et sa dilution, puis l’ambre écaille et finalement l’ambre silver et smoke. Si sur le fond, cette proposition était sage, en pratique cette démarche était inconcevable : les éleveurs auraient dû raisonner tous les mariages réalisés, de façon à être sûrs que toutes les couleurs obtenues soient reconnues.

Exposition F.I.Fe pour la reconnaissance

A Wiesbaden, en Allemagne, les 17 & 18 janvier 2004, 28 Norvégiens ambre étaient présents et provenaient des élevages vom Arlesbrunnen, Icecat’s, Magic Starlight’s, Baltimoor, Grüntal, av Trulla, fra Drømmeskogen, of Born Castle, av Haithabu et aus Brötzingen. Il s’agissait de 27 chats tabby et du premier ambre solid confirmé, Aragon aus Brötzingen, trois de ces chats étaient silver et une était tortie. La F.I.Fe a officialisé la reconnaissance de ces nouvelles couleurs dans le standard du Skogkatt, lors de son Assemblée Générale au Portugal le 28 mai 2004, l’a renommé ambre et lui a attribué la lettre "t" pour le code de couleur EMS. Depuis le 1er janvier 2005, ces Norvégiens ambre peuvent gagner les différents titres en concourant au côté des chats de couleur classique dans les groupes déjà existants.

Groupe 1 : ambre et ambre clair

Groupe 2 : idem groupe 1 avec blanc

Groupe 3 : ambre tabby, clair ou non

Groupe 4 : idem groupe 3 avec blanc

Groupe 5 : ambre écaille diluée ou non, self ou tabby

Groupe 6 : idem groupe 5 avec blanc

Groupe 7 : ambre silver tabby, ambre smoke (dilué ou non, écaille)

Groupe 8 : idem groupe 7 avec blanc

Depuis la reconnaissance, la plupart des juges n'a jamais réellement considéré les ambre au museau noir comme des robes unies sauf lors de preuve génétique, à cause des marques fantômes. Ceux-ci étaient reclassés dans les groupes tabby correspondants ce qui invalidait tous les rapports de jugement et titres attribués puisque le chat était jugé dans le mauvais groupe. Compte tenu cette difficulté récurrente, la DEKZV a réitéré sa demande à la F.I.Fe pour l'ouverture de 2 nouveaux groupes : ambre sans blanc (uni et tabby) et ambre avec blanc. Mais celle-ci a dernièrement été refusée (mai 2008).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site