Le gène Spotting chez le chat : génotype, phénotype et mode d'action

Déterminisme génétique et phénotype

Le phénotype « panachures » est déterminé par un locus S principal et complété par de nombreux polygènes. En pratique, chez le Norvégien, quatre types de blanc sont possibles :

ü     le blanc uniforme (indépendant du locus S)

ü     les panachures blanches dont la répartition et l’étendue sont très variables

ü     les gants blancs caractéristiques du Sacré de Birmanie qui sans sélection sont souvent associés au médaillon blanc

ü     le médaillon ou spot blanc sous la gorge, sur la poitrine, le ventre et/ou les orteils.

Le patron pie

Ce phénotype est le plus rencontré et correspond à l’expression de l’allèle S dominant et à pénétrance variable. Une échelle a été établie en fonction de la répartition et de l’étendue du blanc, graduée de 1 à 9.

Le niveau 1 correspond à la présence de quelques poils blancs sous les aisselles ou sous la gorge ; les niveaux 4 et 5 correspondent à la répartition bicolore avec une étendue de 40 à 60% ; les niveaux 6 et 7 représentent le modèle arlequin et le niveau 9 correspond au modèle van, dernière étape avant le blanc uniforme qui est déterminé par le locus W. Empiriquement on admet que les niveaux de 1 à 4 correspondent aux hétérozygotes Ss+ alors que ceux de 5 à 9 correspondent aux homozygotes SS. Le mariage entre chats de patron 1 à 3 peut donner des descendants arlequins, notamment lorsque certains de leurs ancêtres ont une extension du blanc importante. Ce saut de génération s’explique par l’intervention probable de polygènes.

Les gants

Autrefois supposé correspondre à un allèle récessif indépendant du locus S, des mariages tests ont montré que les gants blancs sont en fait un caractère à dominance incomplète. Plusieurs hypothèses restent aujourd’hui possibles quant au support génétique :

ü     un troisième allèle du locus S

ü     un deuxième locus indépendant

ü     ou un système polygénique qui régule l’action du modèle pie.

Le médaillon blanc

Des mariages entre chats unicolores peuvent donner des chatons avec médaillon, tout comme des mariages entre chats bicolores (40% de blanc) peuvent donner des chatons avec médaillon. Ce phénomène appelé white locket est récessif.

Mode d’action

Au cours de l’embryogenèse, l’allèle S affecte l’étape de migration des mélanoblastes qui donneront les futurs mélanocytes (cellules pigmentaires) : chez un individu avec peu de blanc, ce sont généralement les régions les plus éloignées de la région dorsale (d’où proviennent les mélanoblastes) qui sont blanches, à savoir la poitrine, le ventre, la gorge et les extrémités des membres. De même, les chats vans ne possèdent des zones pigmentées qu’en région dorsale, sur la queue et la tête.

Les mélanoblastes sont en compétition pour la colonisation du territoire cutané. Suite à l’action de l’allèle S, les mélanoblastes fonctionnels sont moins nombreux et chaque mélanocyte aura donc un territoire proportionnellement plus grand qu’il va coloniser suite à ses divisions cellulaires successives. Ceci explique pourquoi les plages noire et orange sont mieux délimitées chez une chatte écaille et blanche.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×