Le rufisme chez le chat : génotype et phénotype

Commandé par des polygènes, ce défaut est difficile à éradiquer. Il correspond à une grande variabilité de teinte de la phaeomélanine, du jaune gris au brun rouge, et existe dans toutes les races félines. Il pose notamment problème dans les couleurs silver shaded et chinchilla où il est appelé tarnishing. Attention à ne pas confondre le rufisme correspondant à une variation de couleur avec l’allèle widebanding et d’autres polygènes faisant varier la longueur des bandes phaeomélaniques.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site